real-estate-tag-line

L’expérience est le nom qu’on donne à ses erreurs

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKL’expérience est un vécu qui laisse son empreinte dans ce temps qui s’écoule et qui ne s’arrête qu’avec la mort. Je suis aujourd’hui uniquement défini par la somme de mes expériences passées. L’existence humaine suppose la capacité de retenir le temps dans le souvenir : même si le temps est irréversible, j’ai le pouvoir de le convoquer de nouveau par le biais de ma mémoire. Celle-ci garde des empreintes du passé. L’expérience est le nom qu’on donne à ses erreurs. Si l’on est suffisamment pragmatique, les expériences malheureuses, comme les expériences heureuses peuvent avoir le même poids. Le choix d’un modèle de société n’a jamais été le résultat d’une science pure, malgré l’expérience acquise des civilisations « avancées » on disparu ! Nos expériences nous parlent du présent, du passé, du futur. Notre évolution en conscience se situe en quatre-temps : celui qui n’est plus – celui qui est déjà là – (présent dans les esprits) celui qui est encore là – celui qui est à venir. Je ne suis donc ce que mon passé a fait de moi. Certes, la mémoire est indispensable à l’identité. Mais nous ne devons pas la penser comme un frein, un poids, qui nous...

Lire la suite

Somalia fund for social and économic development

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKJe suis Jean Marc Henry, expert spécialisé sur le marché Africain. Je travaille pour la paix et le développement économique grâce aux ressources et aux potentiels des pays. Fondateur de Somalia Fund For Social and Economic Development, chargé de mission Institutions & Diplomatie pour la paix. FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVK

Lire la suite

A mes heures d’évasion

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKA mes heures d’évasion ! A mes heures de fascination ! Le long du pont des colons, passerelle parsemée de flots Aux mugissements inavoués, qui relie l’île à la terre ferme. A quelques encablures, l’embouchure célèbre avec passion Le baiser des eaux sur la largeur d’une bordée de plages Après un parcours alléchant de la langue de Barbarie qui plonge Le fleuve dans un sommeil profane et inflige à l’océan un vif éveil A mes promenades d’après-midi ! A mes rêveries d’apatridie ! Aux aguets d’une voile naviguant vers Dar El Salam, la Région-Capitale, Je ne découvris pas plus loin les béatitudes de ces vieux édifices Sublimes épaves d’histoire à l’épreuve du sablier qui s’écoule. Gracieux sanctuaire du passé ! guette mes états d’âme lunatiques, Attise le frémissement de mon âme aux mélodies du cœur. puisses-tu entendre cette prière en ton honneur Ensevelis le pèlerin novice que je suis de ton auréole sacramentelle dévolue Aux grands esprits, féconds autant de spiritualité que de temporalité Eux qui tiennent la lanterne aux hommes à la quête de leur destinée Eux à qui la nation reconnaissante doit une fière chandelle Par ta grâce que soit éveillée ma mémoire profonde sur le rationnel et...

Lire la suite

Les armées africaines: leur mission dans la construction de l’Afrique du 21ième siècle

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKLes armées africaines: leur mission dans la construction de l’Afrique du 21ième siècle Les nations et les peuples africains ne peuvent et ne doivent se passer d’aucune de leurs composantes dans ce tournant crucial de la construction de l’Afrique su 21ième siècle. Les armées africaines ont, peu après les indépendances, commencé à jouer un rôle important dans la vie des nations africaines et ce quelque soit le qualificatif que les uns et les autres voudront utiliser. A regarder en face la réalité africaine durant ce demi-siècle, il est évident que l’inclusion des armées du continent dans la stratégie globale d’une Afrique résolument tournée vers cette idée nouvelle d’un progrès qui n’exclut point certains nations et peuples de notre village planétaire s’impose. Retenons à cet effet que les armées ne constituent point par essence une force brutale mais une force de défense même si du fait de la dictature qui sévit sur le continent, les peuples africains l’y perçoivent différemment. Ceci étant, pour aller dans le sens de cette nouvelle mission de construction, les armées africaines sont disposées nous en convenons, à démontrer, une fois la confiance fraternelle rétablie, qu’elles sont avant tout républicaines. C’est dire que, pour passer de la...

Lire la suite

L’enfant est un don de Dieu

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKL’enfant est un don de Dieu. L’enfant qui va naître a déjà son passé. » Citation de Henry de Montherlant ; La reine morte, le 8 décembre Il est impardonnable de maltraiter une créature sans défense, surtout un enfant Le milieu Un enfant a souvent autant de cervelle qu’un homme. Tout enfant est dans une certaine mesure un génie, et tout génie est en quelque façon un enfant. » Oh ! pouvoir à toute heure, à toute minute, devant tous, embrasser son enfant, sans lui laisser au front un stigmate d’opprobre ! lui dire qu’on l’aime, guider ses premiers pas dans le monde, préparer son avenir… ma chère, ne vous exposez jamais à perdre ce bonheur ! Souffrir de la souffrance de son propre enfant est sans pareil. » Citation de Abla Farhoud ; Le bonheur a la queue glissante Que tu lui donnes un crayon et l’enfant bâtit sa maison. » La vieillesse est une tombe où pourrissent l’un sur l’autre nos cadavres d’enfant, d’adolescent et d’homme. Un adulte est un enfant qui a multiplié les années de sa vie. Dans un homme de génie, il y a toujours un enfant plein de fantaisies. La terreur d’un enfant en...

Lire la suite

Dieu a dit

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVK“Dieu a dit, il y aura des hommes blancs, des hommes noirs, il y aura des hommes grands, des hommes petits. Il y aura des hommes beaux, des hommes moches et tous seront égaux, mais ça sera pas facile.” DES PAYS AFRICAINS Une partie des pays africains Sont la honte de ce beau continent Si l’africain ne fait jamais rien Tout restera comme avant Avant la libération des esclaves Qui ont su se défaire de l’envahisseur Mais vous êtes toujours dans l’enclave De gouvernorats transformés en voleurs Entre les délits, la corruption C’est à qui remplira ses poches Alors mon ami fait attention Mets bien à l’abri tes proches Alors ce n’est pas la peine d’honorer La fête de l’indépendance Il vous faudrait plutôt prier Pour vos aieux sans leur faire offense Car eux se sont vraiment battus Pour retrouver la liberté Au lieu de ça des m’as-tu vu Jouent les rois sans dignité En Afrique tout comme ailleurs Des dirigeants se couvrent de honte Ils se foutent que des gens meurent Pouvu qu’ils garnissent leurs fontes Alors n’oublie jamais mon ami Que rien dire c’est cautionner Ne rien faire est aussi un délit Dans le respect de l’humanité L’homme...

Lire la suite

Je ne suis pas intéressée

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKJe ne suis pas intéressée par la conjoncture des planètes avec la lune… Ce que je veux savoir… c’est si tu as atteint le centre de ton propre chagrin, si tu as été ouvert par les trahisons de la vie, ou si tu es devenu rabougri et renfermé par crainte de nouvelles souffrances. Je veux savoir… si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne, sans faire un mouvement pour la cacher, l’effacer ou la réparer. Je veux savoir;;; si tu peux être en joie, la mienne ou la tienne, si tu peux danser sauvagement et laisser l’extase te remplir jusqu’au bout de tes doigts et orteils, sans nous avertir d’être précautionneux, d’être réalistes, ou de nous souvenir des nos limites d’humains. Je ne suis pas intéressée à savoir… si l’histoire que tu me racontes est vraie. Je veux savoir si tu es capable de décevoir quelqu’un pour pouvoir être vrai envers toi-même. Si tu peux supporter l’accusation de trahison sans trahir ta propre âme. Si tu peux être déloyal, et donc digne de confiance. Je veux savoir … si tu peux vivre des échecs, les tiens ou les miens, et malgré tout te tenir debout au...

Lire la suite

L’oiseau blanc l’oiseau noir

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKL’oiseau blanc l’oiseau noir L’auteur d’une mauvaise pensée, d’un mauvais souhait, d’une malédiction est donc atteint à la fois par l’oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir lorsque celui-ci revient vers lui. La même chose se produit avec les oiseaux blancs. Si nous n’émettons que de bonnes pensées envers notre ennemi alors que celui-ci ne nous adresse que de mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs de bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s’ils ne trouvent aucune place libre chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l’énergie bénéfique dont ils étaient porteurs. Ainsi, si nous n’émettons que de bonnes pensées, aucun mal, aucune malédiction ne pourront jamais nous atteindre dans notre être. C’est pourquoi il faut toujours bénir et ses amis et ses ennemis. Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour y accomplir sa mission d’apaisement, mais encore elle revient vers nous, un jour ou l’autre, avec tout le bien dont elle était chargée. C’est ce que les soufis appellent l’égoïsme souhaitable. C’est l’Amour de Soi valable, lié au respect de soi-même et de...

Lire la suite

Dieu que c’était beau

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKDieu que c’était beau. J’entends encore cette voix douce dans mes oreilles. Il se répète en écho, encore et encore. La voix de Dieu. La voix de Dieu lorsqu’il nage dans les profondeurs infinies et qu’il nous accorde sa bénédiction. Aidé par ses milliers d’anges. Leurs yeux emplis d’une innocence totale. J’avais chaud. Un chaud absolu et extraordinaire, éblouissant, anesthésiant. Je me sentais bien, merveilleusement bien. Comme si je m’étais soudainement découvert une nouvelle mère primordiale, qui m’aurait bercé dans ses bras rassurants, en me disant qu’enfin, j’étais rentré à la maison. Là où je suis sensé être. Là où j’aurais toujours dû être. Mais ils m’ont ramené. De force. Et je suis assis sur cette chaise, et je souffre, et mon Dieu, je veux retourner là-bas. Ne m’obligez pas à rester. Je vous en supplie. Vous n’avez pas le droit mon cœur est bon. Si vous ne me laissez pas y retourner, j’y retournerai moi-même. Et maintenant en revoir. FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVK

Lire la suite

Nous n’abandonnons jamais – Nous ne renoncerons jamais

FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVKNous n’abandonnons jamais. Nous ne renoncerons jamais Si le tyran cherche à être reconnu, il n’obtient pas réellement satisfaction. Car il est aimé par contrainte et non liberté, il n’a face à lui que des sujets réduits à l’état d’objet incapables de le désirer . Il ne peut se reconnaître à travers le regard de ses sujets. Le pouvoir est au service des désirs du tyran qui ne rencontrent plus aucune résistance : plus de lois, la seule loi est celle de son désir. Si le tyran est devenu tyran, cela s’explique peut-être : La volonté d’être au pouvoir est peut-être une réponse à une non-reconnaissance au départ. Etre au pouvoir est une manière de s’affirmer, de se sentir exister et de chercher par la force une reconnaissance non obtenue par liberté. La cruauté dans l’exercice de ce pouvoir peut être un moyen de se soulager la folie en lui de non reconnaissance. le tyran est malade ! FacebookTwitterGoogle+LinkedinTumblrPinterestVK

Lire la suite

2 days ago

Jean Marc Henry

Les politiques trahissent la nation. Pourquoi le peuple ne trahirait-il pas la république ?

Le renoncement d'un peuple à sa liberté, l'acceptation de se voir insulter en son intelligence et d'être traité en mineur, cette trahison de sa dignité propre n'advient que lorsque les élites ont elles-mêmes renoncé à raisonner. Cependant, et c'est la force et la dangerosité de la liberté démocratique, l'abdication des politiques est sans effet si le peuple refuse de s'y soumettre ; elle est décuplée s'il lui offre sa violence.

Voir et entendre dans ces conditions une classe politique parler au nom du « peuple » alors qu’elle ne représente que les intérêts d’une élite et d’un agenda très souvent contraire aux intérêts du peuple, a quelque chose de profondément dérangeant. Cette trahison est pourtant le paradigme de la politique depuis des décennies.

Soit vous faites partie de ceux qui ne voyez pas cela, et vous êtes dupes. Complices à votre insu. Dans ce cas, le mal est presque indolore. Sauf votre pouvoir d’achat qui diminue, et votre insécurité qui s’accentue bien que vous soyez de plus en plus surveillé… Soit vous percevez l’architecture de leurs mensonges, et vous en souciez, et cela est extrêmement douloureux.

Il n'y a rien de plus dangereux que cette "décomplexion" qui consiste à en finir avec l'"hypocrisie". Une nation, les principes qui la fondent et les lois qui la structurent sont hypocrites puisqu'ils regardent l'inégalité des hommes et en déduisent l'égalité des citoyens. Toute la politique repose sur des conventions, sur un accord, en aucun cas sur les lois de la nature, et c'est pourquoi le socle en est si précaire. Mais c'est à cette précarité que le peuple doit ses droits, qui sont encore une illusion, mais attention le peuple doucement va ouvrir les yeux de la liberté.

Qui a favorisé la résistance à toutes les formes d’oppressions et d’injustices depuis la naissance de notre peuple, doit être cultivé et renforcé, car trahir son peuple est très grave... Voilà pourquoi nous citons à nouveau ce refrain du chant des partisans.

Les hommes politiques sont élus par une minorité d’entre nous du fait de l’abstention massive qui est la sanction de leur trahison.

Il faut traiter comme des traîtres à la patrie ceux qui font les autruches devant la barbarie du pouvoir envers son propre peuple.

Le peuple a été froidement trahi.

George Orwell, disait s’agissant du vote « un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traitres, n’est pas victime, il est complice ».

Cette phrase fait réfléchir. Quelle est notre part de responsabilité dans les prises de positions de nos gouvernements ?
...

View on Facebook

2 days ago

Jean Marc Henry

Avec la force du peuple, tout est possible !

Nous devons séparer les Républiques des lobbies qui menacent, stopper la toute-puissance de la finance, abolir les monarchies présidentielles et les privilèges de la caste qui dirige tout. C’est le moment de redevenir un peuple souverain et indépendant, libéré des traités internationaux et des alliances militaires guerrières.

C’est la force du peuple qui se reconstitue. C’est elle qui entraîne et qui agrège, qui bouscule l’ancien monde pour ouvrir de nouveaux horizons. En se revendiquant à nouveau souverain, le peuple s’est d’abord redécouvert acteur et non plus spectateur. Dès lors, les règles du mécano électoral sont oubliées. Il n’est plus de vote utile qui tienne, plus de calculs sur les recompositions à venir, mais au contraire la seule quête du sens commun et l’envie d’inscrire sa part de soi dans la construction de la volonté générale pour une liberté du peuple.

Notre intelligence collective peut surmonter toutes les difficultés si nous nous mettons tous au service du bien commun. Nous devons assumer nos responsabilités non seulement pour nous-mêmes mais devant l’humanité universelle.

Plus que jamais, tous ensembles, ayons la force et l'audace de croire et d'ouvrir de nouveaux espaces de liberté. C'est dans ces nouveaux espaces de liberté que nous construirons ensemble le monde de demain.

Souffrir en silence, une habitude si fréquente pour le peuple.

Beaucoup de gens le font : ils se cachent dans les circonvolutions de leurs carapaces privées pour souffrir dans la solitude, sans rien dire et sans que personne ne le remarque. Ils montrent une résistance stoïque et ils feignent que tout va bien alors que leur intérieur livre des batailles sans trêves… Jusqu’à ce qu’un jour, tout d’un coup, ils se brisent en mille morceaux.

Nous sommes des êtres sociaux et pourtant la plupart d’entre nous choisit de souffrir en silence.On a besoin de plus de courage pour affronter la souffrance que pour affronter la mort, mais aujourd'hui la France se lève. Pour dire non à l'inégalité.

Aujourd’hui, la seule condition de survie réside dans l’établissement d’un rapport plus humble entre les hommes.
...

View on Facebook