real-estate-tag-line

A mes heures d’évasion

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestShare on VK

A mes heures d’évasion ! A mes heures de fascination !
Le long du pont des colons, passerelle parsemée de flots
Aux mugissements inavoués, qui relie l’île à la terre ferme.
A quelques encablures, l’embouchure célèbre avec passion
Le baiser des eaux sur la largeur d’une bordée de plages
Après un parcours alléchant de la langue de Barbarie qui plonge
Le fleuve dans un sommeil profane et inflige à l’océan un vif éveil

A mes promenades d’après-midi ! A mes rêveries d’apatridie !
Aux aguets d’une voile naviguant vers Dar El Salam, la Région-Capitale,
Je ne découvris pas plus loin les béatitudes de ces vieux édifices
Sublimes épaves d’histoire à l’épreuve du sablier qui s’écoule.
Gracieux sanctuaire du passé ! guette mes états d’âme lunatiques,
Attise le frémissement de mon âme aux mélodies du cœur.

puisses-tu entendre cette prière en ton honneur
Ensevelis le pèlerin novice que je suis de ton auréole sacramentelle dévolue
Aux grands esprits, féconds autant de spiritualité que de temporalité
Eux qui tiennent la lanterne aux hommes à la quête de leur destinée
Eux à qui la nation reconnaissante doit une fière chandelle

Par ta grâce que soit éveillée ma mémoire profonde sur le rationnel et l’irrationnel,
Muse à la renommée mythique continue d’insuffler mes bouts d’hémistiches en vers,
Mes balbutiements de vers en strophes et ma prose à l’encre indomptable en poème
Afin que par la force des choses, sonne le compte à rebours du jour où à mon tour
Illuminé, je déchiffrerai par ma plume les soupirs de vie de ce vent qui valse….

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestShare on VK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il y a tellement d hypocrisie !

Certaines personnes nouent leurs lacets un peu plus lâches. D’autres les serrent très fort. Certains s’accommodent d’une vision du monde floue et incertaine. D’autres se concentrent sur tous les détails et évaluent chaque chose selon une mesure précise.
Le problème est que, concrètement, le monde est une grande pagaille.

Tout a commencé quand nous avons mangé de l’Arbre de la Connaissance du Bien associé au Mal : notre monde est devenu un lieu de mélange et d’amalgame. Partout où vous trouverez de la beauté, il y aura de la laideur. Vous ne trouverez pas de joie sans tristesse, ni de plaisir sans douleur. Vous ne pouvez pas inventer une chose qui offrira des avantages sans menace de dommage, ni trouver un homme sur cette terre qui fasse uniquement le bien sans faillir.

Partout où vous trouverez une forme de bien, vous trouverez une autre sorte de mal. Et là où ce mal ne résidera pas, un autre prendra sa place. Vous voulez trouver un bien pur et simple dans un seul être ? C’est quelque chose de rare.

On vit dans monde d'hypocrites. Toujours en train de se planter des poignards dans le dos, de se critiquer, et de, bizarrement, continuer à "s'entendre à merveille". On se voit tous les jours, on passe quelques minutes ensemble, on ose se demander "ça va ?", comme si ça nous intéressait vraiment. Comme si l'on en écoutait réellement la réponse. Comme si ça allait changer quelque chose à notre vie. On passe notre temps concentrés sur notre petite personne, le reste on s'en fout. On pense qu'à nous, on parle que de nous, on fait semblant de compatir avec deux-trois personnes par-ci par-là, mais au fond on n'y trouvera jamais aucun intérêt. Le monde est centré sur nous-mêmes, on en oublie ce qui nous entoure. Qu'est-ce qu'on peut être égoïstes. On tente d'être original, mais on est tous pareils.

Et le pire, c'est qu'on parvient à s'aimer ainsi.
Si l'hypocrisie est un rôle, le monde entier regorge de bons acteurs...
...

View on Facebook

...

View on Facebook